Clairement, il n'existe aucune limite d’âge à la pratique de l’exercice physique, à condition de respecter des règles de prudence élémentaires :

  • Réaliser un bilan médical préalable pour évaluer les capacités de départ et identifier les éventuelles adaptations individuelles nécessaires. Une réelle contre-indication absolue à l’activité physique adaptée en milieu médicalisé est cependant peu fréquente.
  • Adapter la mise à l’exercice de manière personnalisée, tenant compte en particulier des pathologies associées. Il n’y a pas de place ici pour la comparaison des performances de chacun, mais plutôt pour la recherche de l’amélioration individuelle.

De nombreuses études montrent que l'activité physique améliore la capacité fonctionnelle, la qualité de vie et l’indépendance des personnes âgées, à condition qu'elle ne soit pas à l'origine de blessures.

Elle prévient aussi la survenue et l’évolution de certaines maladies chroniques qui seront elles-mêmes responsables d’une perte d’autonomie (maladies cardio-vasculaires, maladies neurologiques dégénératives, …).  

Ainsi, la qualité de vie au quotidien s’en trouvera améliorée (capacité de faire ses courses ou son ménage, simple fait de se lever ou d’éviter une chute, …)

Les études montrent aussi de manière significative que l’espérance de vie est plus longue chez les personnes qui pratiquent une activité physique régulière.